pomes
    

Mellin de Saint-Gelais
sa vie, son oeuvre

Un pome au hasard


 
Dun prsent de cerises
 ce beau premier jour de mai,
En lieu de bouquet ou de mai,
Prsent vous fais, mes damoiselles,
Dun plat de cerises nouvelles,
Qui se sont, ce pens-je, htes
Pour de vous deux tre ttes,
Car toutes belles nouveauts
Cherchent vos nouvelles beauts.

Voyez ! Est-il chose plus douce ?
Ells sont grosses comme le pouce.
Saurait-on voir, que vous en semble,
Rien qui mieux  un cur ressemble ?
Cest signe que, toutes vos vies,
De mille curs serez servies.

Quoi ? ai-je failli  bien dire ?
Quest ceci ? Quavez-vous  rire ?
Est-ce que, me laissant prcher,
Vous mettez  les dpcher ?
Et toujours les plus cramoisies
Sen vont les premires choisies ;
Ne sais, quand lune  lautre touche,
Quelle est la cerise ou la bouche,
Tant sont galement vermeilles !
Mais quy a-t-il ? voici merveilles,
De rire tant, et qui vous boute ?

Sur ma vie que je men doute.
Ha ! cest fait ; je vous vois venir.
Elles vous ont fait souvenir,
 leur forme et  leur liqueur,
De quelque autre cas que dun cur ;
Et vous moquez avec raison
De ma lourde comparaison.
Vous lavez mieux mise  son point !
Cest cela, ne le niez point :
Avouer prtes je vous vois.
Au moins recevez cette loi
Que celle  qui il adviendra
Davoir la dernire, viendra
Le confesser sans quelle y songe
Ou me baiser pour la mensonge.


envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version  imprimer dans une nouvelle fentre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (rcits)
Cette page a mis 0.03 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr