pomes
    

Émile Nelligan
sa vie, son oeuvre

Un pome au hasard


 
Un Pote

Laissez-le vivre ainsi sans lui faire de mal !
Laissez-le s'en aller ; c'est un rveur qui passe ;
C'est une me anglique ouverte sur l'espace,
Qui porte en elle un ciel de printemps auroral.

C'est une posie aussi triste que pure
Qui s'lve de lui dans un tourbillon d'or.
L'toile la comprend, l'toile qui s'endort
Dans sa blancheur cleste aux frissons de guipure.

Il ne veut rien savoir ; il aime sans amour.
Ne le regardez pas ! que nul ne s'en occupe !
Dites mme qu'il est de son propre sort dupe !
Riez de lui !... Qu'importe ! il faut mourir un jour...

Alors, dans le pays o le bon Dieu demeure,
On vous fera connatre, avec reproche amer,
Ce qu'il fut de candeur sous ce front simple et fier
Et de tristesse dans ce grand oeil gris qui pleure !

    
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version  imprimer dans une nouvelle fentre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (rcits)
Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr