pomes
    

Émile Nelligan
sa vie, son oeuvre

Un pome au hasard


 
Le Tombeau de la Ngresse


Aprs que nous eut fui le grand vent des hivers,
Aux derniers ciels plis de mars, nous la menmes
Dans le hallier funbre aux odeurs de cinnames,
O germaient les soupons de nouveaux plants rouverts.

De hauts rameaux taient cribls d'oiseaux divers
Et de tristes soupirs gonflaient leurs jeunes mes.
Au limon moite et brut o nous la retournmes,
Que l'Africaine dorme en paix dans les mois verts !

Le sol pieusement recouvra ses planches ;
Et le bon bengali, dans son chteau de branches,
Pleurera sur maint thme un peu de ses vingt ans.

Peut-tre, revenus en un lointain printemps,
Verrons-nous, de son coeur, dans les buissons latents,
clore un grand lys noir entre des roses blanches.

              
envoyez vos commentaires pas encore de commentaire
version  imprimer dans une nouvelle fentre





   ·   contact   ·  livre d'or · les arbres · European trees · voyages  · 1500chansons · Fables de Jean de La Fontaine · Les passions (rcits)
Cette page a mis 0.02 s. à s'exécuter - Conception© 2006 - www.lespassions.fr